Vous êtes ici : Accueil Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles News Absentéisme et accompagnement: interpellation

Absentéisme et accompagnement: interpellation

|

Ma question à la Ministre de l'éducation:

Madame la Ministre,

Je lis avec inquiétude dans la presse l’évolution préoccupante de l’absentéisme à l’école. Chacun peut bien sûr s’interroger avec plus ou moins de légitimité et de pertinence sur les activités proposées en classe, le travail des enseignants et les différents éléments qui soutiennent la motivation scolaire.

Nous savons par ailleurs l’importance des apports en la matière de spécialistes reconnus comme Rolland Viau ou Deci & Ryan dont le célèbre tableau n’est plus à démontrer. Cela étant, vous semblerait-il exclu de réfléchir ensemble sur ce qui se passe sur le chemin de l’école ? Je ne suis en effet pas persuadé que certaines craintes, fondées ou non, notamment en mati!ère de harcèlement scolaire, ne conduisent pas certains élèves à ne pas rejoindre leur établissement scolaire après avoir quitté leur domicile, ce qui contribue inévitablement à rehausser le taux d’absentéisme qui nous préoccupe. Je ne suis bien sûr pas distrait de l’initiative remarquable soutenue par la Fédération Wallonie-Bruxelles avec des chercheurs de l’UMH dans le domaine considéré mais convenons que ces pistes, aussi efficaces soient-elles, ne sont peut-être pas la panacée.

Ma question est la suivante : ne serait-il pas pertinent de réfléchir à l’élaboration d’un accompagnement qui se situerait entre la maison et l’école ? Que l’on me comprenne bien, je ne propose pas du tout que soit imaginé un système dans le cadre duquel des espèces de gardiens accompagneraient ou encadreraient des élèves depuis leur domicile jusqu’à l’école, je pencherais plutôt sur la possibilité de proposer aux élèves et pourquoi pas à certains professeurs de mettre à profit ce temps de parcours pour lire, écouter, visualiser des documents ou peut-être même participer, non pas à un groupe mais à duo de parole au sein duquel les situations problématiques ou à risques pourraient être évoquées à tête reposée et avec la distance nécessaire. Il ne vous a en effet pas échappé que, chaque jour, des milliers d’élèves consacrent un temps long pour rejoindre leur établissement scolaire ou en revenir, temps qui semble parfois d’autant plus long qu’il n’est pas occupé, si ce n’est hélas parfois pour achever à la va-vite un travail oublié. Mon idée n’est bien sûr pas d’imposer à qui que ce soit de consacrer chacun de ces voyages vers ou depuis son établissement scolaire à la réflexion que j’évoque ici, on doit toujours être dans la proposition et dans le choix fait par quelqu’un de s’engager dans quelque chose. Cela dit, si les personnes avaient la possibilité de consacrer, même une ou deux fois seulement sur une année scolaire, le parcours domicile-école à un échange verbal ou une réflexion accompagnée par des pairs ou un personnel de confiance et formé à cette fin, peut-être contribuerions-nous, moyennant un coût faible à parfois nul, à réduire l’absentéisme scolaire dont les conséquences à long terme sur les vies sociales et professionnelles, notamment, des élèves est sans doute infiniment plus importante que ce que l’on pourrait croire a priori.

Je remercie Mme la Ministre pour sa réponse.

----------------------------

Monsieur le Député,

Les derniers chiffres de l’absentéisme scolaire peuvent s’expliquer de plusieurs manières :

1)        La mise en ligne d’un formulaire électronique accessible aux chefs d’établissement pour qu’ils puissent signaler les cas d’absentéisme scolaire à l’Administration et l’information qui fut diffusé a permis de faire apparaître les véritables chiffres relatifs à l’absentéisme scolaire ;

2)        Le nombre de jours d’absence injustifié a été diminué dans l’enseignement fondamental ;

De plus, le nombre de signalement va continuer à augmenter pour l’année scolaire 2015-2016 puisque le décret du 14 juillet 2015 a réduit, pour l’enseignement secondaire, le nombre de demi-jours d’absence injustifiée à 9.

Cependant, cette hausse est inquiétante et nécessite une meilleure concertation et collaboration entre l’école, les CPMS, les services d’aide à la jeunesse et les parents. Plusieurs actions précises sont en cours d’implémentation :

Assurer un meilleur suivi des dossiers d’absentéisme : Il s’agit de renforcer le Service du contrôle de l’obligation scolaire et mieux articuler les services administratifs qui traitent ces dossiers et plus particulièrement les médiateurs scolaires et les équipes mobiles. Une proposition de l’Administration est à l’étude actuellement.

Agir sur les causes de l’absentéisme : la circulaire n° 5415 du 17 septembre 2015 relative aux nouveaux dispositifs en matière de prévention et de prise en charge du harcèlement en milieu scolaire prévoit un ensemble de mesures coordonnées incluant notamment le financement de projets de médiation par les pairs. L’accompagnement de l’élève sur le chemin de l’école est une démarche qui peut s’inscrire dans ce cadre. En effet, la médiation par les pairs agit sur le développement des compétences psycho-sociales des élèves, sur leur estime de soi et sur l’incitation à la coopération et aux pratiques démocratiques.

De plus, j’ai dégagé les budgets nécessaires pour permettre l’engagement d’un détaché pédagogique dans chaque service d’accrochage scolaire en vue d’amplifier le nombre de prises en charge et d’en garantir l’efficacité.

Renforcer les acteurs scolaires et d’aide à la jeunesse : plusieurs appels à projets de lutte contre le décrochage scolaire ont été lancés grâce au financement du Fonds Social Européen. Des moyens budgétaires importants sont investis dans la mise en place des dispositifs internes d’accrochage scolaire (DIAS) afin que le jeune puisse être aidé dans ses difficultés au sein même de son établissement scolaire. Des cellules de concertation locale sont également créées afin d’améliorer les collaborations inter-écoles, Centres PMS et entre les acteurs de l’Aide à la Jeunesse présents dans l’environnement local de l’établissement scolaire. Des projets innovants vont pouvoir ainsi être développés et amplifiés.

Améliorer la communication et l’information à l’attention des parents : les parents doivent également être associés à ces différentes actions. L’information sur la problématique de l’absentéisme scolaire et les différents acteurs qui sont compétents pour prendre en charge les dossiers, accompagner les parents et aider le jeune doit être mieux communiquée. Une circulaire relative à l’absentéisme scolaire sera publiée dans le courant du mois de novembre.

Deux groupes de travail organisés dans le cadre de la troisième phase du Pacte pour un Enseignement d’Excellence sont chargés des problématiques d’accrochage scolaire, de l’environnement et du bien-être à l’école. Les résultats de ces travaux seront traduits en projets et plan d’actions présentés au Gouvernement au printemps 2016.

image facebook rss facebook twitter RSS

« Décembre 2018 »
Décembre
DiLuMaMeJeVeSa
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031
Contacts


Galeries
Galerie photo